Actualités

IUCN

C:\Users\LENOVO\Downloads\IMG_20210907_181050_874.jpg

Présents à Marseille du 03 au 11 septembre 2021 dans le cadre du sommet IUCN sur la biodiversité, les membres du réseau activité minière responsable et développement durable ont mené une réflexion sur la motion 67 de l’IUCN relative à la réduction de l’impact de l’industrie minière sur la biodiversité.

Ayant communiqué ses commentaires aux membres de l’IUCN avant et pendant le sommet, le vote de cette motion a été l’objectif de la présence des membres du réseau à Marseille durant cette semaine consacrée à la Biodiversité. 

Cette réflexion se résume en cinq(5) points essentiels :

  1. Créer des passerelles pour un dialogue multi-acteurs

Nous proposons ainsi les axes de réflexion suivants :

  • Mettre en place des espaces de dialogue entre décideurs publics, société civile, exploitants, acteurs académiques et du développement pour partager les bonnes pratiques et renforcer la coordination entre les initiatives. 
  • Créer un environnement propice à l’échange sincère et transparent dans la communauté des parties prenantes. 
  • Créer des pactes de confiance locaux transdisciplinaires et multisectoriels autour des projets miniers en devenir, en activité, ou abandonnés (mines orphelines).
  1. Appréhender la problématique de l’activité minière dans son ensemble via une approche interdisciplinaire, inclusive, inter-ODD et co-élaborée :

Nous proposons les axes de réflexion suivants :

  • Promouvoir et financer les actions de recherche en interdisciplinarité forte (sciences de l’ingénieur et physiques, sciences naturelles, sciences humaines et sociales), et de création de savoirs autour de la complexité de la problématique de l’exploitation minière en Afrique et au-delà.
  • Sensibiliser l’ensemble des acteurs impliqués en promouvant la formation par la recherche
  • Encourager la participation des populations concernées et le développement de communautés apprenantes à travers le développement de « living lab » dédiés.
  • Créer ou renforcer les réseaux de recherches en la matière aux échelles locales, régionales et internationales
  • Promouvoir l’expertise locale par la formation, la recherche-action inter et transdisciplinaire.
  1. Identifier et partager les solutions innovantes à destination d’une communauté de praticiens : 

Nous proposons les axes de réflexion suivants :

  • Développer le contenu local dans le financement des programmes nationaux.
  • Accompagner le transfert et l’appropriation de technologies pour l’optimisation des processus de valorisation durables via des réseaux d’acteurs Nord/Sud, par la création de dispositifs structurés dédiés (comité d’innovation dans les villages et villes minières, sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT), incubateurs, technopoles, service R&D au sein des entreprises (suivant l’échelle structurelle appropriée)
  1. Penser le cadre règlementaire de l’exploitation minière via cette approche multi-acteurs et dans une logique régionale :

Nous proposons les axes de réflexion suivants :

  • Partager les bonnes pratiques règlementaires nationales via les organismes régionaux.
  • Encourager la transparence et la parution des données publiques d’attribution des licences d’exploitation.
  • Encourager la mise en place et le respect de la règlementation régionale en matière environnementale
  • Développer la règlementation sur la sauvegarde et la protection des écosystèmes menacés de disfonctionnement ou d’extinction dans les différentes régions faisant partie des licences
  • Encourager une règlementation qui permet de faire cohabiter les mines industrielles et les mines artisanales
  • Valoriser et renforcer les règlementations mettant un accent particulier sur le savoir-faire des communautés traditionnelles en matière de valorisation de la biodiversité dans le contexte des activités minières
  1. Formaliser et suivre les indicateurs adaptés pour le suivi d’une activité minière responsable :

Nous proposons les axes de réflexion suivants :

  • Partager publiquement les données géographiques, sociales et économiques de l’exploitation minière.
  • Se servir du cadre et des indicateurs des ODD pour suivre les interactions entre l’activité minière et les grands enjeux du développement. 
  • Promouvoir la transparence des études d’impacts, des solutions de réduction des externalités négatives, et des résultats de la recherche en open science.
  • Encourager la création d’observatoires locaux ou régionaux de l’activité minière
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de vous offrir le meilleur service.