Actualités

5e Conférence de recherche scientifique du WACCBIP : Leçons de la pandémie

Le Centre ouest-africain de biologie cellulaire des agents pathogènes infectieux (West African Centre for Cell Biology of Infectious Pathogens, WACCBIP) a tenu sa cinquième conférence annuelle de recherche dans la salle de conférence au WACCBIP à l’Université du Ghana. La conférence de trois jours, qui s’est tenue du 21 au 23 juillet 2021, avait pour thème « Construire une capacité de recherche durable en Afrique: leçons de la pandémie ».

Cette année la conférence a été une occasion précieuse de créer des opportunités pour les jeunes chercheurs formés au Centre de réseauter avec des chercheurs scientifiques de renommée mondiale et des professionnels de l’industrie. Les jeunes chercheurs ont eu l’occasion de présenter leur expertise dans les nouvelles connaissances et les nouvelles applications de la technologie pour mieux informer les parties prenantes de santé publique ainsi que pour conduire au développement de nouveaux outils de diagnostic des maladies, de médicaments et de vaccins, en particulier dans le contexte de la pandémie de la COVID-19.

Des leaders mondiaux de la recherche, dont la professeure Francisca Mutapi, codirectrice de la Global Health Academy et directrice adjointe du partenariat Tackling Infections to Benefit Africa (TIBA), Université d’Édimbourg ; le professeur Julian Rayner, directeur du Cambridge Institute for Medical Research, Université de Cambridge; et le professeur Christian Happi, directeur du Centre d’excellence africain pour la génomique des maladies infectieuses (ACEGID), Redeemers University et partenaire de WANIDA, ont présenté des discours liminaires à plus de 350 participants en personne et virtuels. 

Étaient également présents à l’événement des dignitaires locaux et internationaux de haut niveau issus du monde universitaire et de l’environnement politique, notamment le professeur Felix Asante, vice-chancelier pour la recherche, l’innovation et le développement, Université du Ghana; professeur, Abraham Kwabena Anang, directeur du Noguchi Memorial Institute for Medical Research (NMIMR), Université du Ghana ; Professeur Eric Danquah, Directeur du Centre Ouest Africain pour l’Amélioration des Cultures (WACCI), Université du Ghana et Professeur Gordon Awandare, Directeur du WACCBIP. D’autres incluent le professeur Tom Kariuki, directeur des programmes à l’Académie africaine des sciences (l’AAS); professeur émérite Samuel Sefa-Dedeh, président de l’Académie des arts et des sciences du Ghana (GAAS) ; Mme Himdat Bayusuf, chef d’équipe du projet des Centres d’excellence africains dans l’enseignement supérieur (ACE) ; Dr Ahmed Jinapor, directeur général adjoint de la Commission ghanéenne de l’enseignement supérieur (GTEC); et Dr Anthony Nsiah Asare, conseiller présidentiel pour la santé; qui ont tous fait leurs remarques.

Le professeur Felix Asante, pro-vice-chancelier pour la recherche, l’innovation et le développement à l’Université du Ghana et qui a également présidé la séance d’ouverture, a souligné le fait que la pandémie de COVID-19 a mis en lumière le WACBBIP à la fois dans les universités et au niveau du développement national. Il a souligné qu’il était important que le WACCBIP soit applaudi pour avoir joué un rôle central pendant les périodes les plus difficiles dans la réponse nationale aux mesures de confinement et à la lutte contre la pandémie. Il a ajouté que la réponse du WACCBIP dans la lutte contre la COVID-19 est une démonstration parfaite de la contribution du Centre à faire de l’Université du Ghana une Université de classe mondiale.

« Les recherches du WACCBIP sont importantes pour la pandémie actuelle de COVID-19 au Ghana. Ces recherches ont fourni des informations clés sur la pandémie actuelle de COVID-19 au Ghana, une intervention de santé publique mieux informée comprenant des mesures de contrôle des infections et des registres de vaccins. Avec cette réalisation, le WACCBIP a aidé l’Université à acquérir une forte intensité de recherche »

Il a ensuite encouragé le Centre à partager son histoire et succès avec d’autres centres d’excellence de l’Université.

En ouvrant officiellement la conférence, le Dr Anthony Nsiah-Asare, conseiller présidentiel pour la santé, a reconnu l’importance des recherches du WACCBIP dans la lutte contre la COVID-19. Il s’est déclaré satisfait du niveau de recherche mené au WACCBIP, qui, a-t-il dit, est axé sur des besoins locaux spécifiques et a fourni des informations clés sur la pandémie actuelle de COVID-19 au Ghana, avec une réponse et une stratégie d’intervention de santé publique mieux informées.

« Je suis très heureux d’être invité ce matin, surtout en cette période où tout le pays lutte contre la COVID-19. Grâce au WACCBIP, le Ghana a pu identifier les différentes variantes qui sont entrées dans le pays.» Il a poursuivi en déclarant que «le président a formé un comité pour s’assurer que le Ghana devienne un pays de production de vaccins. Nous espérons qu’avec le secteur privé, nous pourrons le faire le plus rapidement possible pour permettre au pays de sortir de cette pandémie. La Covid-19 nous a appris une leçon et ce que nous en avons appris, c’est que nous devons être un pays autosuffisant. »

Le Dr Nsiah Asare était optimiste quant au fait que l’Afrique est capable de fabriquer la plupart de ses vaccins et que les chercheurs peuvent y parvenir avec le soutien nécessaire.

«Nous voulons nous assurer de ce que l’Union africaine a dit, c’est que d’ici 2040, nous devrions être en mesure de fabriquer environ 40% de tous nos vaccins. Nous croyons fermement que nous avons les hommes, les femmes et les chercheurs et que nous pouvons y parvenir. »

Les chercheurs senior ainsi que les étudiants de doctorat et de maîtrise du Centre se sont relayés pour présenter leurs travaux de recherche en cours à un public mondial. Le Dr Peter Quashie, immunologiste et chercheur principal au WACCBIP a parlé de son travail sur COVID-19. S’exprimant sur le sujet « Une chronologie du COVID-19 au Ghana: ce que la science nous dit », il a partagé quelques conclusions importantes du processus de collecte de données COVID-19 du WACCBIP dans le cadre de l’étude de séroprévalence qui vise à estimer, à l’aide d’une analyse sérologique, les modèles de distribution et les changements au fil du temps depuis le début de la pandémie au sein de la population ghanéenne. Il a expliqué que le processus était nécessaire pour suivre la propagation communautaire du virus et tracer les infections à travers le pays.

D’autres conférenciers et étudiants ont présenté des recherches de pointe sur des sujets dans un large éventail de domaines des sciences biomédicales, notamment la biologie cellulaire, la résistance et la découverte de médicaments, la découverte et le développement de vaccins, la génétique humaine et l’engagement du public. Des collaborateurs des meilleures universités ont animé des séances plénières et présenté des données sur la recherche sur des maladies telles que COVID-19. Des scientifiques invités et des boursiers du WACCBIP ont présenté leurs résultats de recherche sur les maladies infectieuses et non transmissibles, notamment le paludisme, l’ulcère de Buruli, la tuberculose, le VIH/sida, les cancers, la drépanocytose, l’hypertension, le diabète et le SARS-CoV-2.

La conférence de cette année a reçu le soutien d’un certain nombre de sponsors, dont Inqaba Biotec West Africa Limited, Carramore International Limited, MES Equipment Limited, Agilent Technologies, DCL, MDS-Lancet, Bany Laboratories and Supplies, Arcoa Ghana, Cleanearth Scientific, YEMAACHI Biotechnology, YEBED, Satguru Travels, Resolve Systems Limited, Lab Companion et Special Ice.

Les participants à la conférence ont été impressionnés par le niveau d’organisation et la qualité des présentations. M. Jonathan Suubar, boursier en maîtrise au WACCBIP, qui a également remporté le prix de la meilleure présentation orale (catégorie Masters) lors de la conférence, était exalté par la qualité de la recherche présentée et la flexibilité pour assister à une conférence en période de pandémie.

« Ce n’est pas seulement unique, mais cela nous a offert l’opportunité de participer avec une certaine flexibilité. Bien que beaucoup d’entre nous aient participé en personne, nous avons la possibilité de réécouter les conférences si nous avons raté quelque chose. Tout est disponible sur Facebook ou YouTube. Cela a rendu la conférence unique », a déclaré M. Suubar. « En regardant les diverses présentations que nous avons faites, nous avons eu beaucoup d’étudiants qui ont présenté tant de projets de recherches, des virus aux bactéries, des parasites aux engagements publics. Ce n’est que la cinquième conférence et au moment où nous arriverons à la dixième conférence, je suis sûr que nous ferons des découvertes révolutionnaires par des chercheurs en Afrique. L’avenir de la conférence WACCBIP s’annonce radieux.  »

*article traduit de l’anglais, disponible ici

m veniam ipsum, id magnam provident!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de vous offrir le meilleur service.