Projets

WANIDA > Projets > Étude de séroprévalence du SARS-CoV-2 par test de diagnostic rapide

Énoncé du problème :
Le niveau de dépistage du Covid-19 dans de nombreux pays d’Afrique en général, et en particulier en Afrique de l’Ouest, est jugé généralement insuffisant et les chiffres communiqués par les différentes autorités nationales ne reflètent pas fidèlement la prévalence de la maladie. Les quelques études de séroprévalence ont leurs limites, une limitation majeure étant qu’elles n’étaient pas dirigées à l’échelle de la population, à l’exception de l’enquête non publiée réalisée par le Nigeria Center for Disease Control en collaboration avec l’Institut nigérian de recherche médicale. L’étude envisagée a pour but de répondre, entre autres, à ces problèmes.

WANIDA > Projets > Étude de séroprévalence du SARS-CoV-2 par test de diagnostic rapide

Les tests sérologiques sont conçus et validés à des fins de surveillance et de recherche. Ce sont des tests d’anticorps qui recherchent la présence d’anticorps, qui sont des protéines spécifiques fabriquées en réponse à des infections, en l’occurrence des virus SARS-CoV-2. L’enquête de séroprévalence devrait estimer la prévalence de l’infection et de l’exposition au SARS-CoV-2 dans une population et peut indiquer l’état immunitaire des individus ou des populations. Au Nigeria, peu d’enquêtes de séroprévalence sur le SARS-CoV-2 ont été menées, dont une étude pilote dans l’État du Niger qui ne comptait que 85 participants. L’étude a révélé un taux de positivité pour COVID 19 de 25,41 % et de 2,16 % pour les IgG et IgM positifs respectivement. La séroprévalence variait selon les groupes d’âge, le sexe et la profession.

Importance/impact de l’étude :
Les résultats de cette étude influenceront les décisions politiques du gouvernement, des partenaires internationaux de développement (IPS) et des organisations non gouvernementales dans la prévention et le contrôle du COVID 19 au Nigeria. Il contribuera également à l’ensemble des connaissances en générant des informations précieuses sur l’épidémiologie de COVID 19 pour une future évaluation du programme.

Chercheurs principaux :

  • Prof. Hussaini Anthony Makun,Professor of Biochemistry Centre Leader, Africa Centre of Excellence for Mycotoxin and Food Safety (ACEMFS)
  • Prof. Emmanuel O. Ogbadoyi, Professor of Biochemistry, ACEMFS

Source(s) de financement : WANIDA

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de vous offrir le meilleur service.