Projets

WANIDA > Projets > Sero- Epidemiology of SARS-CoV-2 in North-Western Nigeria

Résumé du projet :
L’ACEPHAP a été pleinement impliquée dans la réponse au COVID-19 dans l’État de Kano. Le centre, en collaboration avec le laboratoire de test BUK COVID-19, a été impliqué dans les tests moléculaires COVID-19 depuis le début de la pandémie, couvrant les tests COVID-19 dans de nombreux États du nord du Nigéria. Cependant, les tests à grande échelle ont toujours été difficiles en raison de la nécessité d’une expertise technique plus élevée pour effectuer les tests moléculaires avec des appareils et des réactifs coûteux. Cette proposition de projet vise à rechercher un financement auprès du Réseau ouest-africain des maladies infectieuses (WANIDA). Établir avec précision le niveau réel d’exposition au SARS-CoV-2 dans la population du nord-ouest du Nigéria, estimer ainsi la prévalence réelle du SARS-CoV-2 dans le nord-ouest du Nigéria et surveiller la réponse et la propagation du virus. Ce projet aidera également à déterminer les meilleurs kits de TDR pour le dépistage. Ce projet de recherche fournira également des informations précieuses sur l’immunité et la transmission de la population COVID-19 à travers la frontière nigériane dans la partie nord-ouest du pays, ainsi qu’une aide à la distribution de vaccins.

WANIDA > Projets > Sero- Epidemiology of SARS-CoV-2 in North-Western Nigeria

Contexte :
Le SARS-CoV-2 est extrêmement virulent, comme ses prédécesseurs SARS-CoV et MERS-CoV, qui ont déclenché des épidémies en 2003 et 2012. La transmission du SARS-CoV-2 en Afrique était initialement lente, avec peu de cas signalés en Egypte suite à sa première apparition le 14 février 2020. Dans la plupart des pays africains, de nombreux observateurs ont attribué le faible taux d’incidence enregistré de COVID-19 au sous-diagnostic. La maladie s’est propagée rapidement à travers le monde et l’OMS a déclaré la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) une pandémie le 24 février 2020. Bien que des initiatives de santé publique telles que la vaccination et la quarantaine aient été adoptées à l’échelle mondiale, les morbidités et mortalités associées à la COVID-19 demeure une menace pour la santé et la croissance économique. La pénurie mondiale de tests de diagnostic, en particulier d’écouvillons pour la collecte d’échantillons respiratoires, la prévalence de résultats faussement négatifs et l’incapacité à effectuer des tests rapides et en vrac pour les admissions à l’hôpital soulignent la nécessité de développer des méthodes de test alternatives. Les tests sérologiques COVID-19 sont largement axés sur l’identification d’anticorps uniques contre les antigènes du SARS-CoV-2. Les IgM sont les premiers anticorps à apparaître en réponse à l’exposition initiale d’un antigène, tandis que les IgG apparaissent plus tard et sont plus spécifiques à l’antigène. Les tests sérologiques peuvent confirmer les résultats du diagnostic moléculaire ou reconnaître les individus infectés qui sont négatifs selon les tests moléculaires. Ils sont peu coûteux, rapides et capables d’un dépistage rapide et large aux points de soins. Les échantillons sérologiques par rapport à l’échantillonnage respiratoire, où les patients sont plus susceptibles de disperser le virus, impliquent un risque plus faible pour le personnel de santé. En outre, il peut aider à évaluer l’état immunitaire des personnes et à estimer l’immunité collective, puisque le plasma convalescent a été utilisé pour traiter les patients COVID-19 avec un certain succès, les anticorps sont présumés protéger contre le SARS-CoV-2. Parce que les tests sérologiques ont été établis rapidement et sous les demandes urgentes des marchés, ils ne sont pas validés dans la pratique quotidienne avec des échantillons cliniques (Özçürümez et al., 2020). Il existe également un manque de preuves de validation de la part des fabricants de diagnostics in vitro qui ont régulièrement examiné les patients atteints d’infections asymptomatiques. Les tests sérologiques, s’ils sont bien validés avec des tests moléculaires, peuvent être mieux utilisés pour évaluer la prévalence réelle de l’infection au niveau de la population sans courir le risque de taux inutilement élevés de résultats faussement positifs. La détection sérologique d’anticorps spécifiques du SARS-CoV-2 permettra ainsi d’estimer le nombre réel d’infections.

Partenaires impliqués :

  • ACENTDFB 
  • WACCBIP

Chercheurs principaux :

  • Professor Hadiza Shehu Galadanci, Director/Center Leader, ACEPHAP
  • Dr Isah Abubakar Aliyu, Medical Microbiology /Molecular and Clinical Virology, ACEPHAP

Source(s) de financement : WANIDA

Pour en savoir plus : olivia.koupaki@ird.fr / Coordinatrice du réseau WANIDA

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour nous permettre de vous offrir le meilleur service.